Facebook
  • Acceuil
  • News
  • Le greenwashing comme nouvelle stratégie marketing
Le greenwashing comme nouvelle stratégie marketing

Le greenwashing comme nouvelle stratégie marketing

Le greenwashing est une pratique de communication trompeuse qui vise à donner à une marque ou un produit, une vocation écologique. Appelée également “écoblanchiment”, “marketing vert” ou “verdissage”, cette technique de publicitaires consiste à vendre un produit en faisant prévaloir ses vertus biologiques ou écologiques quand en réalité il n’en est rien. 

Le terme est tout d’abord apparu dans les années 1990 pour dénoncer les communications de certaines entreprises qui mettaient de l’avant leurs avancées en matière de développement durable, alors qu’en réalité, elles ne posaient pas de véritables actions écoresponsables. L’origine du mot greenwashing provient du mot brainwashing. Il signifie lavage de cerveau et qui a été adapté au monde de l’écologie et de l’environnement.

Le greenwashing est un procédé malheureusement de plus en plus courant, pour vendre leurs marchandises, certaines entreprises essayent de suivre la nouvelle « tendance » qu’est l’écoresponsabilité. Cela est extrêmement néfaste pour le consommateur qui pourrait se faire tromper par ces entreprises. Il pourrait ainsi dépenser davantage d’argent pour un produit qui n’est que peu, voir pas du tout, écoresponsable. 

Certains industriels sont devenus les spécialistes du “Sans ceci” ou “Sans cela”. “ Sans arômes/colorants artificiels”; “Sans sucres ajoutés”; “Sans PEG/sulfate”; tels sont les nouveaux slogans que l'on retrouve sur de nombreux emballages. Une manière de se racheter une conscience ou des usagers mécontents. Là encore, ils insistent sur le peu de choses positives contenues dans leurs produits et font l’impasse sur toutes les matières chimiques ajoutées.

À la manière du “Sans”, il y a aussi le “Avec”. D’autres marques préfèrent insister sur ce qu’il y a de naturels dans leurs produits. Autrement dit, même si 98% des ingrédients sont artificiels et/nocifs, ils vont vendre leur article en mettant en avant les 2% restants issus de produits biologiques.

Approchée par la MAP, la présidente de l’association Green Invest de l’École Nationale de Commerce et de Gestion de Settat, Nadia Boukdir a indiqué que certaines entreprises exploitent de manière abusive le volet écologique pour verdir leurs images sans pour autant proposer un service durable au profit des citoyens. Considérant cette technique comme « un acte de tromperie de l’opinion publique », Boukdir estime que cette écologie de façade est une présentation erronée des faits à la limite de la publicité mensongère.

Elle a, à cet égard, soulevé que la protection de la nature demeure une grande responsabilité à assumer pleinement, pointant du doigt toute entreprise qui utilise l’argument écologique dans sa campagne de communication alors que l’intérêt de son produit (ou service) pour l’environnement est inexistant. « Il ne faut en aucun cas que la communication d’une entreprise X soit sans actes et au détriment de l’environnement, il faut qu’elle soit fondée sur de bonnes intentions », a-t-elle souligné.

 

COMMENTS