Facebook
  • Acceuil
  • News
  • WhatsApp prépare l'interopérabilité des messageries sous la pression du Digital Markets Act
title..

WhatsApp prépare l'interopérabilité des messageries sous la pression du Digital Markets Act

Alors que la date butoir du Digital Markets Act (DMA) approche, WhatsApp se prépare à mettre en œuvre un système d'interopérabilité de sa messagerie avec d'autres applications, en réponse aux exigences légales. Cette initiative vise à ouvrir la messagerie aux deux milliards d'utilisateurs de WhatsApp pour une communication avec d'autres plateformes, mais suscite également des préoccupations en matière de sécurité et de confidentialité des données.

Conformément au DMA, qui entrera en vigueur le 7 mars prochain, les grandes plateformes de messagerie, telles que WhatsApp, Facebook Messenger ou iMessage, doivent permettre l'interopérabilité avec les petites plateformes sur demande. En cas de non-respect, les entreprises telles que Meta ou Apple seront passibles de sanctions par la justice européenne.

Dick Brouwer, directeur de l'ingénierie chez WhatsApp, a détaillé les conditions de cette interopérabilité dans une interview accordée à Wired. Initialement, la fonctionnalité sera disponible pour les discussions individuelles, permettant aux utilisateurs d'envoyer divers types de messages et de fichiers à d'autres applications. Ces discussions seront regroupées dans une section distincte appelée "conversations tierces", séparée de la boîte de réception principale. Cependant, l'accès aux appels et aux discussions de groupe pourrait nécessiter plusieurs années pour être implémenté.

Il est essentiel de souligner que cette fonctionnalité sera facultative pour les utilisateurs, leur permettant de choisir de participer ou non aux échanges avec des tiers. Cela est crucial pour éviter les risques de spam et d'escroqueries. Un pop-up apparaîtra au moment du lancement de l'option, confirmant ou infirmant le choix de l'utilisateur.

Malgré cette avancée, des inquiétudes persistent quant à la sécurité et au respect de la vie privée. Selon Dick Brouwer, le nouveau système ne pourra pas offrir le même niveau de sécurité que le protocole de communication existant de WhatsApp, le Signal Protocol. De plus, les entreprises souhaitant être interopérables avec WhatsApp devront signer un accord dont les termes ne sont pas encore publics, ce qui soulève des interrogations sur les conditions de partenariat.

En outre, les applications tierces pourraient rencontrer des difficultés à maintenir la même qualité de service que WhatsApp natif. Les mises à jour et les changements dans un environnement ouvert peuvent entraîner des problèmes inattendus en matière de vie privée et de sécurité des données.

Alors que WhatsApp s'efforce de se conformer aux exigences réglementaires, l'avenir de l'interopérabilité des messageries reste sujet à des défis techniques et juridiques à surmonter.