Facebook
  • Acceuil
  • News
  • Le digital bouleverse le marché publicitaire marocain
title..

Le digital bouleverse le marché publicitaire marocain

La publicité en ligne est devenue un créneau porteur et les annonceurs marocains commencent à investir dans ce domaine. L’investissement total du marché marocain d’achat d’espace publicitaire est estimé en net à 3.4 milliards de DH, selon plusieurs sources disponibles sur le marché en 2016. Les secteurs télécoms, l’automobile, l’hygiène et beauté, l’agroalimentaire et la filière banque-assurance représentent 70% de la dépense en publicité digitale. Cet investissement est dominé par la télévision et l’affichage à 30% chacun, la radio draine 25% et la presse moins de 15%. Lors d’une conférence organisée à Casablanca par l’Association Marocaine du Marketing et de la Communication (ACMM) sous le thème : « Le marché publicitaire au Maroc, entre contraintes et transformations », tous les acteurs qui ont pris part à ce débat s’accordent à dire que le consommateur devient de moins en moins sensible au message publicitaire dans ses formats classiques. Par conséquent, une bonne partie des messages publicitaires ne créent plus l’émotion recherchée par la marque, chose qui pousse les publicitaires à reconsidérer leurs stratégies de construction des marques « Brand Building ». En outre, les publicitaires estiment que le total des investissements en achat d’espaces dans le digital varient entre 200 et 300 millions de Dirhams. Le Maroc est dans la même configuration mondiale qui veut que Facebook et Google drainent 60 à 68% de cet investissement. En l’absence de plateformes digitales maroco-marocaines qui pourraient attirer les mêmes flux d’audiences que les GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft), ce ratio continuerait à se stabiliser, voire évoluer, ont estimé les intervenants. ''La tendance du digital est indéniablement à la hausse. Les intentions de dépenses pour le digital sont bonnes'', souligne Mounir Jazouli, président du Groupement des annonceurs du Maroc (GAM).