Facebook
  • Acceuil
  • News
  • Shein: une ONG alerte sur les conditions de travail des fournisseurs

Shein: une ONG alerte sur les conditions de travail des fournisseurs

Shein, la marque de prêt-à-porter chinoise à bas prix, est pointée du doigt quant aux conditions de travail désastreuses de ses ouvriers.

L’ONG Public Eye dénonce les pratiques du géant de la fast fashion. Dans un documentaire diffusé sur la chaîne franco-allemande Arte, l’ONG suisse Public Eye est rentrée en contact avec trois femmes et sept hommes qui travaillent pour SHEIN dans la région de Panyu en Chine. “Ils gagnent leur vie dans six entreprises différentes – exploitant des machines à coudre et à matelasser, travaillant dans les services de contrôle qualité et d’emballage, ou en repassant ou en coupant du tissu”, détaille Public Eye.

Et ce que ces travailleurs, sans contrat de travail ni assurance, rapportent est accablant. “Les trois indiquent à peu près les mêmes horaires : de 8 h à midi, puis de 13 h 30 à 17 h 45, et enfin de 19 h à 22 h ou 22 h 30.”, ce qui fait une moyenne de plus de 75 heures de travail hebdomadaire avec seulement un jour de congé par mois, explique Public Eye. Des photos partagées par l’ONG montrent également des usines surchargées en sacs, laissant très peu de place à une sortie en cas d’incendie. Aucune issue de secours n’existe et “les entrées et les escaliers ne permettent pas aux travailleurs de quitter les lieux rapidement. De plus, les fenêtres de l’étage supérieur sont grillagées”, rapporte l’ONG via un enquêteur interne de ce qu’on appelle le “SHEIN Village”.

Payé à l’article pour certaines usines

“Les employés sont payés à l’article ; il n’y a ni salaire de base ni prime d’heures supplémentaires ; ils travaillent 11 heures par jour et ont un ou deux jours libres par mois”, détaille encore le rapport. Pour une robe vendue environ 9€40 sur le site SHEIN, la couturière sera probablement payée au maximum 3 yuans soit 41 centimes d’euros dans ces usines de productions qui ont choisi ce système de rémunération.

Dans une autre usine épinglée par Public Eye, un salaire minimum est affiché dès l’entrée. Pour couper les fils : 4 000 yuans (531€/mois) ; pour emballer les vêtements : 5 000 yuans (691€/mois) ; pour repasser : 7 000 yuans (967€/mois). “La différence de salaire pour le repassage s’explique par le fait que les ouvriers repassent les vêtements à une chaleur constante, due à la vapeur, et peuvent rarement s’asseoir”, explique l’ONG. Si on fait le calcul en divisant par le nombre d’heures de travail par mois de ces travailleurs pour la plupart émigrés, une heure de travail revient entre 1 à 2 euros.

Le rapport de Public Eye vient contredire le code de conduite de SHEIN promouvant un “temps de travail raisonnable”. Loin de l’être, il est démesuré et également jugé illégal sur le sol chinois dont la loi fixe une limite de 40 heures de travail maximum par semaine, même si cette jauge est rarement respectée. À Guangzhou, ville portuaire au sud de la Chine où sont implantées les usines des fournisseurs de SHEIN, les ouvriers sont payés à la pièce, poussant les plus pauvres à travailler plus.

Shein a réagi aux accusations, promettant d'ouvrir une enquête.

"Nous avons un code de conduite strict pour les fournisseurs. Si une non-conformité est identifiée, nous prendrons des mesures immédiates", a déclaré un porte-parole de la marque suite au rapport de Public Eye.

Très discrète, Shein ne divulgue pas son chiffre d'affaires. 

Les entreprises de fast-fashion sont surveillées de près par les ONG après de nombreux scandales sur les conditions de travail des fournisseurs. 

COMMENTS