Facebook
  • Acceuil
  • News
  • Sondage : les télétravailleurs de la génération Z plus enthousiastes à l'idée de retourner au bureau
Sondage : les télétravailleurs de la génération Z plus enthousiastes à l'idée de retourner au bureau

Sondage : les télétravailleurs de la génération Z plus enthousiastes à l'idée de retourner au bureau

Ce sondage a été réalisé en ligne entre le 14 et le 15 avril 2021, auprès de 1 501 travailleurs canadiens (y compris ceux qui travaillent à temps plein et à temps partiel).

Il semble que le télétravail ait eu des conséquences très différentes sur chaque génération au cours de la dernière année, comme le souligne le plus récent sondage d’ADP Canada sur les habitudes de travail. L’enquête souligne l’importance de comprendre comment l’expérience des employés peut différer selon l’âge et plusieurs autres facteurs, ainsi que les sentiments liés au retour au bureau et le soutien des employeurs.

La génération Z diffère des autres générations sur les heures travaillées et le retour au bureau – mais toutes sont d’accord sur les niveaux de stress

 

De nombreux télétravailleurs (44 %) déclarent travailler plus d’heures qu’avant la pandémie, mais les télétravailleurs de la génération Z (ceux âgés de moins de 25 ans) sont les moins susceptibles de toutes les générations de faire des heures en plus (31 %). Les télétravailleurs milléniaux (ceux âgés de 26 à 40 ans), en revanche, sont les plus enclins à signaler une augmentation du nombre d’heures de travail, près de la moitié (48 %) rapportant consacrer plus d’heures qu’avant la pandémie.

 

En ce qui concerne la perspective de retourner au bureau, l’enquête révèle que les télétravailleurs de la génération Z sont les plus enthousiastes à l’idée de retourner sur le lieu de travail (36 %), suivis de près par les télétravailleurs milléniaux (34 %). Cette excitation semble s’estomper avec l’âge, avec seulement 29 % de la génération X (âgés de 41 à 55 ans) et 26 % des baby-boomers (âgés de 56 ans et plus) impatients de retourner au bureau.

Un domaine sur lequel toutes les générations semblent s’entendre est le stress, avec environ quatre répondants sur dix dans chacun tous les groupes d’âge notant une augmentation des niveaux de stress à la suite de la pandémie.

Ces données montrent clairement que chaque génération vit le télétravail différemment. Alors que le stress est un fil conducteur, les jeunes employés montrent plus d’intérêt à retourner au bureau, ce qui suggère qu’ils apprécient probablement les interactions en face à face, ou qu’ils pourraient penser que le travail à distance peut entraver leur développement de carrière et tandis que d’autres, dans des rôles plus établis, peuvent prospérer grâce au télétravail, a déclaré Megha Makam, conseillère principale en ressources humaines chez ADP Canada. Il est important d’identifier ces différences générationnelles et d’entamer la conversation avec l’expérience de chaque employé lors de l’élaboration de programmes ou d’initiatives de soutien. »

Résultats supplémentaires

De plus, les générations diffèrent significativement quant à la façon dont elles considèrent la productivité et la qualité du travail. Les principales différences comprennent :

· Les télétravailleurs de la génération X et des « Baby-boomers » sont les plus susceptibles de déclarer que leur productivité avait augmenté, près de la moitié (46 % et 47 % respectivement) notant une augmentation de la productivité depuis le travail à distance.

 

· Quatre répondants sur dix parmi ceux de la génération Y (42 %) indiquent une amélioration de la qualité de leur travail, par rapport aux télétravailleurs de la génération Z, qui sont les moins susceptibles de déclarer une amélioration de la qualité de leur travail (31 %).

 

 

 

COMMENTS