Facebook
  • Acceuil
  • Concept
  • « Electronic Nose » : Un nez artificiel pour détecter l’odeur des cancers
« Electronic Nose » : Un nez artificiel pour détecter l’odeur des cancers

« Electronic Nose » : Un nez artificiel pour détecter l’odeur des cancers

Une équipe de chercheurs de l’université de Pennsylvanie, aux États-Unis, a mis au point un nez artificiel capable de détecter les signes d’un cancer à partir d’échantillons de plasma sanguin. Développé par la Perelman School of Medicine, l’outil non invasif utilise l’IA et l’apprentissage automatique pour renifler des échantillons de sang et distinguer les odeurs émises par les cellules cancéreuses. Il permet ainsi de dépister certains types de cancers difficiles à diagnostiquer à des stades précoces. 

En effet, pour cette nouvelle recherche, les scientifiques ont utilisé un e-nez pour analyser le mélange de composés organiques volatils émis par les cellules sanguines.

La recherche avait pour but de trouver des signes de cancers qui sont normalement difficiles à détecter, comme les cancers du pancréas et des ovaires. L’appareil intégrait des algorithmes qui avaient été préalablement entraînés pour reconnaitre les COV associés à différents cancers. Il était aussi conçu pour être mesure d’évaluer le stade auquel se trouve la maladie ainsi que le fait qu’elle soit bénigne ou non.

« C’est une étude précoce mais les résultats sont très prometteurs », a déclaré Charlie Johnson, co-auteur de l’étude, dans un communiqué.

« Les données montrent que nous pouvons identifier ces tumeurs aux stades avancés et précoces, ce qui est passionnant. S’il est développé de manière appropriée pour le contexte clinique, ce test pourrait être effectué lors d’une prise de sang standard dans le cadre d’un examen médical annuel », a ajouté Johnson.

 

COMMENTS