Facebook
  • Acceuil
  • Chiffre
  • Google devra bien payer une amende de plus de 4 milliards d’euros à l’Europe
Google devra bien payer une amende de plus de 4 milliards d’euros à l’Europe

Google devra bien payer une amende de plus de 4 milliards d’euros à l’Europe

L’appel de Google contre l’amende historique qui lui avait été infligée en 2018 par la justice européenne “n’a pas permis de renverser la décision” de la Commission, rapporte TechCrunch. “Le tribunal de l’Union européenne a confirmé” ce mercredi 14 septembre l’amende, fixée à 4,125 milliards d’euros, et reconnu que “Google a imposé des restrictions illégales aux fabricants de téléphones mobiles sous Android et aux opérateurs de réseaux mobiles afin de consolider la position dominante de son moteur de recherche”.

Cette victoire est plus que bienvenue pour l’Europe, “qui a vu un certain nombre de ses décisions antitrust remises en cause par les tribunaux ces dernières années”, commente le site d’information de la tech. Google a sobrement déclaré être “déçu que la Cour n’ait pas annulé la décision dans son intégralité”.

Car le tribunal “a légèrement revu à la baisse le montant de l’amende”, à 4,125 milliards d’euros, contre 4,3 milliards en 2018. Google soutenait que la “Commission avait commis une erreur dans sa définition des marchés en cause” en oubliant Apple. Le tribunal a concédé des “failles dans le raisonnement de la Commission (et quelques erreurs de procédure)” et annulé une partie de la décision. D’où le rabais sur l’amende.

Pour rappel, l’Union européenne accuse le géant du web de profiter de la position dominante d’Android sur le marché pour mettre en avant son moteur de recherche et son outil de shopping en ligne. Google a refusé de payer l'amende qu'on lui infligé en 2018. Depuis 3 ans, les deux adversaires se livrent une bataille sans merci. Aujourd’hui, un nouveau rebondissement pourrait mettre fin à cette longue histoire. 7 ans après le début de la procédure, la Cour de justice de l’Union européenne (CJUE) a finalement tranché en faveur, sans surprise, de l’Union européenne.

COMMENTS