Facebook
  • Acceuil
  • News
  • Meta veut protéger les adolescents sur Facebook et Instagram
Meta veut protéger les adolescents sur Facebook et Instagram

Meta veut protéger les adolescents sur Facebook et Instagram

Afin de parvenir à protéger davantage ses jeunes utilisateurs, Meta a annoncé, dans un post de blog publié lundi 21 novembre, de nouvelles mesures de protection à destination des adolescents pour ses réseaux sociaux Facebook et Instagram.  

Actuellement, les adultes ne peuvent pas envoyer des messages à des adolescents avec lesquels ils ne sont pas connectés ou voir des ados dans leurs recommandations. Désormais, Meta teste un système de compte « suspect » attribué aux adultes ayant par exemple été récemment bloqué ou signalé par un jeune. Ceux-ci n'apparaîtront plus dans les suggestions des plus jeunes. L'entreprise teste également la suspension des boutons d'envoi de message sur les comptes Instagram des adolescents lorsqu'ils sont visionnés depuis un compte « suspect ».

En parallèle de ces dispositifs, Meta entend multiplier les notifications et les explications à destination des plus jeunes, en les encourageant, par exemple, à signaler un compte après l’avoir bloqué ou en leur envoyant la marche à suivre lorsqu’ils ou elles reçoivent des contenus inappropriés de la part d’un adulte. De façon plus générale, la maison mère de Facebook et d’Instagram dit œuvrer avec le National Center for Missing and Exploited Children (NCMEC, pour « Centre national pour les enfants disparus et exploités ») à la création d’une « plate-forme mondiale pour les adolescents inquiets que des images intimes qu’ils ont créées puissent être rendues publiques en ligne sans leur consentement ».

Ces nouvelles mesures s'accompagnent d’une campagne de sensibilisation sur Facebook intitulée « Help Protect Children ». Elle devrait permettre aux utilisateurs du réseau social partageant des images intimes d’adolescents, afin de les dénoncer, de prendre conscience que leurs actions participent à leur viralité et peuvent causer du tort aux victimes.

 

 

COMMENTS