Facebook
  • Acceuil
  • Concept
  • Apiago invente une ruche connectée qui protège les abeilles et vous transforme en apiculteur
Apiago invente une ruche connectée qui protège les abeilles et vous transforme en apiculteur

Apiago invente une ruche connectée qui protège les abeilles et vous transforme en apiculteur

Il semblerait que les nouvelles technologies n’aient épargné aucun secteur d’activité, pas même l’apiculture. En effet, la start-up Apiago a conçu une ruche connectée pour que chacun puisse aider, à son échelle, à la préservation des abeilles.

En effet, cette ruche se destine non pas aux abeilles domestiques, qui sont généralement gérées par des professionnels, et qui produisent du miel, mais aux abeilles mellifères endémiques que l’on appelle aussi abeilles solitaires. Ces dernières ne sont pas sélectionnées par l’Homme, pourtant, elles sont tout aussi importantes dans la biodiversité. Esthétiquement, cette ruche se présente comme une grosse boule en liège qui peut être peinte ou vernis, à condition d’utiliser des produits qui ne feront pas fuir les abeilles évidemment !

La ruche Apiago fonctionne d’abord sans aucune source d’énergie, enfin, sauf celle du soleil… Elle se coiffe d’un petit panneau solaire en forme de feuille de chêne, qui lui permet de rester connectée à votre smartphone. Pour l’utiliser, il suffit de l’installer en hauteur, de la connecter à votre téléphone via l’application dédiée, puis de suivre les recommandations envoyées à distance par Apiago. Une technique hyper efficace pour suivre les abeilles, les protéger avec l’aide de professionnels, mais sans jamais les déranger. Si cette ruche s’installe en hauteur, c’est tout simplement parce que dans leur habitat naturel, les abeilles préfèrent les hauteurs; vous pourrez donc continuer vos activités et cette ruche ne prendra aucune place dans votre jardin.

La ruche Apiago est affichée sur le site Internet apiago.fr au prix de 990 euros. Un prix certes conséquent mais qui aura un impact indispensable sur le bien-être de la biodiversité.

COMMENTS