Facebook
  • Acceuil
  • Chiffre
  • La BEI et l’ONCF signent un contrat de financement de 200 millions d’euros
La BEI et l’ONCF signent un contrat de financement de 200 millions d’euros

La BEI et l’ONCF signent un contrat de financement de 200 millions d’euros

La Banque européenne d’investissement (BEI) et l’Office National des Chemins de Fer (ONCF) ont annoncé, mercredi, la signature d’un contrat de financement de 200 millions d’euros (2,1 milliards de dirhams) qui représente 80% d’une enveloppe globale de 250 millions d’euros mise à disposition de l’ONCF, pour soutenir son plan d’investissement.

Les 50 millions d’euros (527 millions de dirhams) restants sont prévus pour une signature en 2023, indique un communiqué de la BEI, notant qu’il s’agit du premier projet signé dans le cadre du Partenariat Vert avec le Royaume, conclu le 18 octobre 2022 à Rabat, qui représente également le premier partenariat signé dans le cadre de la dimension extérieure du Green Deal européen.

Ce financement vient ainsi concrétiser sur le terrain les orientations politiques du Nouvel Agenda pour la Méditerranée de l’UE et de l’initiative « Team Europe » (Equipe Europe), souligne le communiqué.

Ce nouveau financement vient soutenir le plan d’investissement de l’ONCF, visant à renouveler l’infrastructure ferroviaire conventionnelle existante et à renforcer la modernisation des installations par des technologies de pointe sur l’ensemble des 2300 km du réseau ferré marocain. Il contribuera au développement d’une mobilité durable sobre en carbone, tout en favorisant un meilleur équilibre territorial en termes d’accès aux services ferroviaires.

Le prêt financera en particulier des projets du programme national de réhabilitation et de mise à niveau du réseau ferroviaire marocain, tels que des infrastructures, des équipements et des ateliers industriels. Il contribuera notamment au renouvellement et à la remise en état de voies, d’ouvrages d’art et d’installations de traction électrique, ainsi qu’à l’amélioration des systèmes de signalisation, de télécommunication et de sécurité du réseau ferroviaire.

Des mesures d’adaptation au changement climatique sont également prévues, telle que la mise en œuvre de programmes de protection contre les inondations sur le réseau, ajoute le communiqué, précisant que durant toute la durée du projet, la BEI accompagnera l’ONCF pour consolider sa feuille de route d’adaptation au climat.

Pleinement aligné sur les objectifs de l’Accord de Paris sur le climat, cet appui contribue aux objectifs prioritaires de la BEI en tant que Banque du climat en matière de transport et d’action climatique, tout en renforçant la mise en œuvre des contributions déterminées au niveau national (CDN) du Royaume du Maroc.

Cette opération contribue également à la réalisation de nombreux objectifs de développement durable (ODD) des Nations Unies, en particulier celui de bâtir des infrastructures durables, résilientes et accessibles (objectif 9.1), d’assurer l’accès de tous à des systèmes de transport sûrs, accessibles et viables, à un coût abordable (objectif 11.2) et de renforcer la résilience et les capacités d’adaptation face aux aléas climatiques (objectif 13.1).

Cité par le communiqué, M. Ricardo Mourinho Félix, Vice-Président de la BEI responsable des financements au Maroc, a relevé que des transports sûrs, accessibles et modernes sont essentiels au développement économique et social du Maroc.

“Des infrastructures ferroviaires fiables et efficaces faciliteront la circulation des biens et des services, mais amélioreront aussi l’inclusion économique et sociale à travers le pays, en facilitant l’accès aux personnes vulnérables ou à mobilité réduite. Nous sommes heureux de notre partenariat avec l’ONCF et de ce nouveau projet, entièrement aligné sur l’objectif global de la BEI en matière de climat, et qui permet d’appuyer le Maroc dans sa transition vers une économie à faible émission de carbone, respectueuse de l’environnement et résistante aux changements climatiques”, a-t-il ajouté.

Pour sa part, M. Mohamed Rabie Khlie, Directeur général de l’ONCF, a déclaré : “Après la certification en Juillet dernier de sa première opération en Green Bonds, l’ONCF est heureux de franchir un nouveau pas dans sa stratégie de financement avec la concrétisation de ce partenariat privilégié avec la BEI. Il s’agit d’une première opération du genre, sans la garantie de l’Etat”.

Cette marque de confiance d’un partenaire internationale de renom conforte l’Office dans ses choix stratégiques et confirme la robustesse du modèle ferroviaire marocain. Par ailleurs, cette opération vient consolider davantage les engagements RSE et de développement durable de l’ONCF, a ajouté M. Khlie.

COMMENTS