Facebook
  • Acceuil
  • News
  • Ryanair accusé de discriminations après des tests de langue imposés aux passagers sud-africains
Ryanair accusé de discriminations après des tests de langue imposés aux passagers sud-africains

Ryanair accusé de discriminations après des tests de langue imposés aux passagers sud-africains

La compagnie aérienne low cost est accusée de discrimination car elle oblige certains passagers sud-africains, voyageant vers le Royaume-Uni ou l’Irlande, à effectuer des tests de culture générale en afrikaans pour vérifier leur nationalité. 

L'afrikaans est la langue des colons blancs dans un pays à la population en majorité noire. Cette langue germanique issue du néerlandais n’est que l’une des onze langues officielles du pays et c'est seulement la troisième la plus parlée en Afrique du Sud. 

En cas d'échec au test de langue, les voyageurs se voient refuser l'accès à l'avion. Une pratique dont s'est justifiée la compagnie aérienne.

« Qui est le président d'Afrique du Sud ? » « Quelle est la plus grande ville du pays ? » Voilà quelques-unes des questions auxquelles les passagers ressortissants sud-africains doivent répondre lorsqu'ils veulent prendre un vol Ryanair en direction du Royaume-Uni.

Ils sont en effet soumis à un test de culture générale en afrikaans, une pratique jugée discriminatoire étant donné que l'afrikaans est la langue des colons blancs dans un pays où la population est en majorité noire.

La compagnie à bas coûts irlandaise Ryanair s'en est pourtant justifiée dans une déclaration lundi :

« En raison de la forte prévalence de passeports sud-africains frauduleux, nous demandons aux passagers voyageant vers le Royaume-Uni de remplir un formulaire simple en afrikaans. S'ils ne sont pas capables de le compléter, ils se verront refuser de voyager et seront remboursés. »

De son côté, l'ambassade britannique en Afrique du Sud s'est défendue d'obliger ou de préconiser une telle disposition expliquant que « ce n'est pas une exigence du gouvernement britannique », dans un tweet samedi.

Cité par la BBC, Conrad Steenkamp, le chef du Conseil de la langue afrikaans d'Afrique du Sud, a, lui, qualifié d'« absurde » le test exigé par la compagnie aérienne, regrettant que cela nuise aux tentatives d'améliorer l'image de la langue afrikaans.

COMMENTS