Facebook

Le reverse mentoring au profit du numérique

Le reverse mentoring au profit du numérique Aujourd'hui, la société du 21ème siècle se divise en quatre générations qui cohabitent au sein de la même entreprise. Une diversité de culture, de vision, d'objectif mais surtout d'apprentissage. Et si le numérique rapprochait les générations, plutôt que de les séparer? C’est en 1999 avec l’arrivée d’internet que Jack Welch ancien CEO de General Electric invente le concept du mentorat inversé. Il avait demandé à 500 de ses exécutifs de se trouver un jeune mentor pour comprendre l’utilisation d’email, de feuilles de calculs Excel, etc., Aujourd’hui, ce même esprit est présent non seulement dans le monde du travail mais aussi dans d’autres sphères de la vie notamment lorsque les juniors enseignent l’utilisation de médias sociaux ou d’applications mobiles aux seniors. Il s’agit d’aider les seniors à s’adapter aux stratégies de sensibilisation digitale. Le « mentoring » (ou mentorat) est donc un procédé interne permettant à un collaborateur expert dans un domaine, de transmettre son expertise à un de ces pairs. Les nouvelles recrues sont donc accompagnées par des collaborateurs « seniors » et matures du fait de leur expérience. Et donc le « reverse mentoring » (ou mentorat inversé) désigne des « juniors » qui vont partager ou mettre à jour les connaissances des seniors. REVERSE MENTORING: COMPOSER DES BINÔMES GAGNANTS Un mentorat inversé réussi repose sur un partenariat efficace. Il s’agit donc de composer des binômes gagnants. IDENTIFIER LES BONS PARTENAIRES Il est impératif que le partenaire choisi possède les compétences et connaissances que recherche un senior. Il peut s’agir d’une personne de l’extérieur possédant différentes expériences de travail et de vie. DÉFINIR DES OBJECTIFS ET DES ATTENTES CLAIRS Il est aussi important de définir les attentes et objectifs du reverse mentoring. Cela demande une notion des compétences et connaissances qui doivent être acquises ainsi qu’une valeur ajoutée lors de l’apprentissage. Un respect mutuel entre le senior et le junior reflétera l’efficacité du reverse mentoring. OPTIMISER LES COMPÉTENCES DE COMMUNICATION Les enfants de la mondialisation et des nouvelles technologies doivent s’ouvrir aux différences et s'adapter aux seniors car la communication entre des personnes de différentes générations n’est pas chose facile. Les juniors se doivent de trouver les bonnes techniques pour enseigner l’utilisation du téléphone, des e-mails et, de la messagerie instantanée. TACT. PATIENCE ET OUVERTURE D’ESPRIT Le binôme doit travailler en équipe, chacun peut tirer profit de l’autre, dans le plus grand respect qui soit. Des compétences indispensables telles que la Personnes nées entre 1945 et 1965 GHD Nées entre 1966 et 1976 Nées entre début 80 et fin des Nées à partir années 90 de 1997 patience, le respect et la qualité d’écoute vont définir la réussite du mentorat inversé. La confiance doit cimenter l’efficacité dès le départ car l'inversion du mentorat amène les acteurs à pousser l’autre en dehors de sa zone de confort et essayer de nouvelles façons de penser, de travailler et d’être. MESURER LES PROGRÈS Afin d’évaluer les progrès accomplis, il est nécessaire de débriefer la relation et les acquisitions régulièrement, mais aussi de revoir la progression. Lorsque le mentorat est utilisé à bon escient, il présente trois atouts: Il corrige le déficit de compétences des deux parties. Les seniors apprennent les médias sociaux grâce aux jeunes collaborateurs qui leur apprennent les pratiques de leur secteur d’activité. Il développe la capacité d’agir de nouveaux talents, et renforce les compétences des managers séniors. Il permet de développer une nouvelle façon de penser. Les relations de mentorat décloisonnent et ouvrent de nouvelles perspectives de collaboration par la relation. DÉVELOPPEMENT DES COMPÉTENCES Le reverse mentoring est un outil qui permet aux générations plus âgées de développer leur expertise technique et leur compétence digitale. C’est l’objectif principal. Parce que deux générations vont communiquer à travers cette formation, une meilleure proximité permet de mieux comprendre le rôle, les missions et les tâches de chacun. L’information circule dans les deux sens. AMÉLIORATION DE LA COMMUNICATION INTERGÉNÉRATIONNELLE Le mentorat inversé permet de combler les écarts entre les générations compte tenu des problèmes de communication qui surviennent souvent entre les générations baby-boomers/X et la génération Y. Cette démarche permet une compréhension entre les deux parties, les problèmes de relation intergénérationnelle s’estompent, de ce fait. DÉVELOPPEMENT DE NOUVELLES PERSPECTIVES Un nouveau réseau se met en place et les échanges sont plus fluides lorsque le mentorat inversé est terminé. Ce dispositif assure la compréhension des tendances de l’industrie et une cohérence dans les pratiques. Il renforce aussi la compréhension interculturelle dans une main-d’œuvre de plus en plus diversifiée et crée subséquemment une ouverture à de nouvelles idées et à de nouvelles perspectives. DÉVELOPPEMENT DE LA RESPONSABILISATION Les jeunes générations seront immédiatement responsabilisées avec ce type de démarche. Un jeune mentor doit d’emblée endosser la responsabilisation de former une autre personne mais peut aussi être confronté à des dirigeants au sein de son entreprise. Il reconnaît ses points forts, se gagne en maturité et en compréhension des différents mécanismes et peut ainsi se préparer à assumer des rôles de leadership dans un avenir proche. Depuis quelques années, le reverse mentoring a été mis en place par des multinationales dans le but de former les cadres dirigeants aux nouveaux usages, pratiques et outils du numérique. La nouvelle génération (Y voire Z), accomplie ce transfert de compétences car elle a su s’adapter dans un contexte numérique évolutif. ♦ Par m.f.

COMMENTS