Facebook
Momentum : Hervé CARESSE

Momentum : Hervé CARESSE

L’interview Momentum de Caresse Hervé, Directeur associé Recherche et Développement de NITIDIS.

  • Pouvez-vous nous parler de votre entreprise ?

Nitidis est un cabinet de gestion et de communication de crise, fondé il y a 10 ans par Laurent Vibert ancien porte-parole des sapeurs-pompiers de Paris. C’est un cabinet à faible effectif mais qui est très réactif, agile et qui fonctionne également avec un collège d’experts. Nos clients sont aussi bien des clients institutionnels du monde public que des clients privés des entreprises.

  • Quel est le rôle de l’entreprise ?

Nous accompagnons l’entreprise dans son processus de gestion de communication de crise. En amont, d’abord, en participant à la construction de l’organisation, du processus de gestion et de communication de crise, et ceux avec une mission d’audit, de conseil ainsi que des formations en gestion de crise, en média training et à la prise de parole.

Pendant la gestion de crise, on peut être sollicités à distance via téléphone pour conseiller ou en se projetant au sein de la cellule de crise pour aider l’entreprise à gérer l’événement qui la touche.

  • Quels sont vos challenges professionnels ?

Réussir ma transition professionnelle dans un domaine qui m’intéresse et qui me passionne. C’est aussi de transposer mon expertise et mes connaissances en matière de gestion de crise afin de faire évoluer ou faire progresser les organisations qui ont en besoin dans ce domaine.

  • Pouvez-vous nous parler de votre parcours académique et professionnel ?

J’ai un parcours assez particulier, presque d’autodidacte. J’ai passé mon baccalauréat, série scientifique, dans les années 80 à Bordeaux. Je me suis lancé pendant une petite année dans le rock sur la scène Bordelaise en raison de ma passion pour le Rock’n’roll. En 1983, j’ai décidé de changer totalement d’occupation et de défi professionnel. Je me suis engagé comme élève sous-officier dans l’infanterie où j’étais sergent, puis je suis devenu officier. En 1993 j’ai voulu changer également au sein des forces armées de métier pour devenir sapeurpompier de Paris. Au cours de ce parcours, j’ai passé le concours de l’École de guerre, qui est la première étape de sélection des officiers supérieurs dans l’armée. J’ai été formé à l’École militaire de Paris pendant presque deux années, puis c’est en 2003 que j’ai rejoint la brigade des sapeurs-pompiers de Paris. J’étais directeur pour l’armée de terre de 2011 à 2014, puis j’ai eu mon dernier poste à la brigade où je m’occupais de tous les soutiens, aussi bien d’infrastructure, de moyens généraux et opérationnels, de systèmes d’information au profit de la brigade des sapeurs-pompiers de Paris jusqu’en juin 2018.

  • Quelles sont vos passions dans la vie ?

Comme je vous l’ai dit, je suis passionné par le Rock’n’roll. Je joue toujours à la guitare électrique, il m’est arrivé de me produire à Paris parce que je connais très bien le milieu parisien des musiciens professionnels. Ce qui est drôle, c’est que j’ai transmis cette passion à mon fils de 21 ans. C’est un guitariste chanteur talentueux qui s’est fait très rapidement connaître dans le monde du Blues et du Rock’n’roll à Paris.

COMMENTS