Facebook
Le marché de l'emploi en Afrique

Le marché de l'emploi en Afrique

La situation des jeunes sur le marché du travail et dans l’économie revêt une grande importance pour la communauté dans son ensemble, car la jeunesse d’aujourd’hui sera la pierre angulaire de la société de demain. Etat des lieux du marché de l’emploi en Afrique vs. le reste du monde.

L’Afrique compte 200 millions de jeunes âgés de 15 à 24 ans. La croissance rapide de la population que connaît le continent a découlé en une phase de lente transition démographique qui augmente la pression relative à la création d’emploi dans les différents pays. En effet, la grande majorité des jeunes travaillent principalement dans l’agriculture et représentent 65 % de l’emploi total. Cependant, la jeunesse africaine est éparse et hétérogène, et les facteurs démographiques créent des écarts de perspectives d’emploi. Selon les statistiques, seulement trois millions d’emplois sont créés pour 10 à 12 millions de personnes en situation de chômage qui arrivent sur le marché du travail chaque année en Afrique. Ce constat est alarmant à deux niveaux. Tout d’abord, ceci signifie qu’il existe un écart entre offre et demande d’emploi qui se creuse davantage d’année en année en raison d’un rythme de création d’emplois formels trop lent. Aussi, le manque de qualification des jeunes en recherche d’emploi ne permet pas de répondre aux besoins du marché. Ainsi, les écoles africaines formeraient plus de jeunes travailleurs aux sciences sociales, qu’aux sciences techniques. Selon l’Organisation Internationale du Travail (OIT), les pays de la région nordafricaine détiendraient le record des taux les plus élevés de chômage, parmi toutes les régions du monde. En 2017 le taux moyen du chômage dans la région était de 11,7 % soit 8,7 millions de chômeurs. Cette situation s’expliquerait non seulement par le contexte géopolitique de la région, mais également par une prédominance, au sein de la population, des jeunes et des femmes qui sont les plus touchés par le phénomène. C’est le cas notamment de la Tunisie qui a enregistré un taux 15,4 %, soit plus que la moyenne régionale.

 

COMMENTS